Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Se laisser guider par le hasard, aller au gré des images, des ruelles, des sentiers et des rencontres. Ouvrir les yeux, le coeur et l'esprit.

Une association veut bloquer l'accès à "Second Life"

L'association Familles de France, ne s'extasie pas sur le jeu "Second Life". Elle demande à la justice de statuer en référé sur le blocage de l'accès aux internautes français.

Elle assigne le créateur et hébergeur du site, la société Linden Lab, tout en sachant qu'elle n'en obtiendra rien, ne serait-ce que pour des questions de droit : la société est américaine, installée à San Francisco. C'est pourquoi elle assigne également les fournisseurs français d'accès à Internet qui, eux, pourront et devront agir si la justice le leur demande. L'audience est prévue pour le 18 juin.

Pourquoi une telle offensive ? Après être montés au créneau à propos des jeux vidéo « ultraviolents » il y a quelques années, « nous avons été alertés sur ce qui se passait avec les jeux en ligne et nous avons constaté qu'il y avait des jeux dangereux, avec des réseaux pédophiles derrière, [...] ou bien des jeux d'argent, explique Christiane Therry, déléguée générale de l'association. C'est comme ça que l'on a découvert Second Life. »

« Les FAI responsables de ce qu'ils laissent passer »


Familles de France pointe du doigt une réalité moins enjouée que celle généralement médiatisée. Dans un communiqué, elle dénonce « la possibilité de mimer des rapports sexuels allant même jusqu'à des scènes de viol, de bondage, de zoophilie et de scatologie » ainsi que des « passerelles » entre Second Life et le reste du Web, avec des liens qui redirigeraient les internautes vers des sites pornographiques.

« Filtrer l'accès ne sert pas toujours, les familles ne savent pas toujours qu'il existe des systèmes de filtrage », pousuit Christiane Therry. Et comme le filtrage n'est pas forcément efficace, que ce n'est pas évident techniquement, l'association le reconnaît, Familles de France demande donc l'interdiction pure et simple de l'accès.

Dans ses conditions générales de vente, Linden Lab précise qu'il faut avoir plus de 13 ans pour entrer dans l'univers virtuel. Mais il n'existe aucun dispositif pour en réguler l'accès. La société met simplement à disposition une version réservée aux 13-17 ans, Teen Second Life.

Une réponse insuffisante pour Familles de France : « Si ce n'était qu'une affaire d'adultes, nous ne nous en occuperions pas, précise la déléguée générale. Là, nous n'avons pas d'autre solution. Les FAI ne sont pas responsables du jeu, mais ils sont responsables de ce qu'ils laissent passer. » Evidemment, il y a des chances que les intéressés ne se laissent pas faire.

Le président de l'AFA (Association française des fournisseurs d'accès),déjà dit que non, jamais les FAI ne filtreront et ne surveilleront. Il existe pourtant un précédent. En juin 2005, le tribunal de grande instance de Paris ordonnait, à la suite d'une procédure en référé engagée par des associations antiracistes, de bloquer l'accès à un site révisionniste.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article