Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Se laisser guider par le hasard, aller au gré des images, des ruelles, des sentiers et des rencontres. Ouvrir les yeux, le coeur et l'esprit.

Noces barbares

             Cet article n'est en aucun cas un jugement des aficionados.
C'est une simple réflexion sur ce que m'inspire cette "course", course contre la montre, contre le Temps. Cette course dont seules sortiront vainqueurs Souffrance et Mort.


Etrange union que celle ô combien éphémère de l'homme et de la bête.

Tout commence avec une feria, qui sonne presque comme fiesta et en a l'allure. Une fiesta comme celle qui accompagne une noce .
Avec les noces il y a un sous-entendu de fête, d'union allant jusqu'au mariage... Sauf que là, les spectateurs assistent à la parade nuptiale entre cet homme paré de couleurs vives et d'ors rutilants et la bête en habits noirs. Des habits dont la couleur préfigure déjà le deuil qui terminera cette cérémonie.
Les musiques sont là et elles rythment les avancées et reculades de ces deux corps qui se frôlent, se touchent parfois, s'évitent, virevoltent, tourbillonnent dans la sueur des futurs conjoints et dans le sang qui coule des blessures des banderilles.
La "fête" bat son plein, le toreador trébuche, la foule retient son souffle! Mais non il se relève et la musique entonne un air de victoire, presque une farandole! Et le ballet reprend mais la bête se fatigue, sa vue se brouille, trop de sang et son promis qui est là et ne cesse de l'agacer avec ses reculades et ses piques... Elle plie et pourtant elle ne romp pas.
Mais voilà, le petit homme s'est lassé et ne veut pas aller jusqu'au bout de l'union. Il a décidé! C'est l'estocade.
Il se prépare et fait le fier, le beau, il exibe son petit corps, se met sur la pointe des pieds et essaye de grandir, vaine tentative pour se mettre à la hauteur de la bête, du "monstre", de l'animal avec lequel il a joué ses derniers instants...
Ça y est le taureau avance, pour un baroud dont il ne sait pas qu'il sera le dernier. Il charge, le matador l'évite et négligeamment lui brise le coeur. Le taureau ne comprend pas, il flanche, ses genoux ploient et il s'abat dans la poussière sous les acclamations des convives.
Il ne fait pas bon être invité à ses noces quant on est un taureau de combat... Le toréador est une veuve noire....



Image Hosted by ImageShack.us
Statue du "matador triomphant" devant les arènes de VIC FEZENSAC
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
<br /> <br /> le spectaclefascinant de la mort... A ce compte-là, pourquoi pas refaire des gladiateurs ?Je suis sûr qu'on trouverait desvolontaires et des spectateurs. LA télé réalité nous le dmontre tous les<br /> jours.<br /> <br /> <br /> Je pense que tuer est souvent nécessaire. Notre dentition n'est pas celle d'animaux végétariens, mais d'en faire un loisir, comme la chasse, ou un spectacle comme la corrida, est une erreur.<br /> C'est le début de la barbarie. Eh oui, ont peut être barbare et se trimballer en ballerine et en colant rose avec une veste à paillette.<br /> <br /> <br /> Les nazi étaient très courtois, bien élevé, polis et respectueux des lois, en sommes très,civilisés, mais, leur barbarie est connue comme sans égale.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
Gavarnie, c'était le 20 mars 2008. Pour un peu on se croisait.à bientôt.
Répondre
A
<br /> Il aurait été amusant d'être au même endroit en même temps (bien que ce soit plutôt vaste)... Bonne semaine<br /> <br /> <br />
S
Je suis pas très "pour" mais sans doute parceque je n'ai jamais vraiment pu découvrir les corridas. En tout ce joli texte nous met dans l'ambiance.Une belle photo.Bonne soirée.
Répondre
A
<br /> Bonne soirée<br /> <br /> <br />
Q
Je trouve ton texte magnifique... La statue l'est également.Tu vois, je ne suis pas pour ou contre les corridas.... en fait si, je suis contre, mais je devrais l'être aussi contre tout ce qui entraîne la souffrance.Je devrais devenir végétarienne...Je ne vais pas continuer sur cette lancée. Parce que tout se dit et se discute, dans l'absolu. Mais, tu vois, je trouve que ces "noces barbares" sont un beau spectacle, même si je ne suis jamais allée voir une corrida.Personnellement, je supprimerais les piqueux de tout poil pour donner moins de sang, et plus de chance au taureau. Et tant qu'à faire, je supprimerai l'épée du matador. Ils se mesureraient, comme dans un combat de boxe, dans un temps donné. L'honneur irait à celui qui aurait fait les plus belles figures...Bon, je sais, c'est idiot. Mais l'homme aime les combats, depuis toujours. Il faudrait se demander pourquoi...En tout cas, moi, j'ai aimé te lire ce matin. Merci.
Répondre
A
<br /> En face à face le combat serait quand même inégal. L'homme avec son intelligence et l'animal avec sa puissance. Pourquoi l'homme aime les combats? Mais parce qu'il est aussi un animal (ceci dit<br /> sans aucune arrière pensée péjorative), social et grégaire mais animal avant tout avec ses instincts, ses pulsions. Tiens je résumerai par un proverbe: "Chassez le naturel et il revient au galop"<br /> <br /> <br />