Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Se laisser guider par le hasard, aller au gré des images, des ruelles, des sentiers et des rencontres. Ouvrir les yeux, le coeur et l'esprit.

Hallucinante soirée

_____________


Bref rappel des faits                         = ==== extrait de l'article =====
C’est juste un petit cauchemar avant d’aller au lit. Un père de famille a été transformé, pour un soir, en voleur d’enfant présumé. Ce Parisien de 49 ans, habillé de jeans, d’un blouson de cuir noir et d’une barbe de quatre jours a vécu un déni de sa paternité. Marco a habité en Belgique, ses racines sont italiennes. Cela lui fait un drôle d’accent. Son métier, c’est sculpteur. Il a trois enfants. Sa petite dernière a 3 mois. Le lundi 26 mai, après dîner, vers 20 heures, elle pleure. «Elle est un peu difficile à endormir», raconte-t-il . Marco sort de chez lui, son bébé sur le ventre, à l’abri du blouson. Il vit au quatrième étage dans un immeuble ancien d’une avenue du XIIIe arrondissement de Paris. Un quartier à l’ombre de la bibliothèque François-Mitterrand et de la ligne 6 du métro aérien.

A la sortie de son immeuble, un gamin du quartier, environ 13 ans, le suit en sautillant. Il lui demande si le bébé est bien à lui....

(lire l'article : DIDIER ARNAUD  
QUOTIDIEN LIBERATION : mardi 24 juin 2008
)

_________________

Je défends
Oui!, au vu des réactions à la suite de l'article je tiens à défendre tous les protagonistes de cette affaire. Oui tous. A l'heure actuelle il y a une famille au complet avec son bébé, des jeunes qui ont été un peu fermes et des policiers manquant probablement de tact mais ce sentiment de suspicion est largement entretenu et dès lors qu'il s'agit d'un enfant nous sommes tous totalement traumatisés par les affaires largement médiatisées (je n'ai pas dit : surmédiatisées) des rapts qui se finissent mal, voire même très mal.
Alors (et je ne suis pas pour un état hyper policé), les policiers sont des hommes, les jeunes ont leur faiblesse humaine et le barman s'est aussi senti responsable.

Loin de moi l'idée de justifer la violence mais finalement il y a quelque chose de rassurant à savoir qu'il y a toute cette "maladresse" qui traîne dans les rues et est prête à protéger un enfant quitte à malmener un présumé ravisseur.

Cela prouve qu'il y a des gens (nombreux j'en suis sûr) qui s'intéressent à autre chose qu'à eux-mêmes

Et vous? qu'auriez-vous fait?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
observer et parler avec l'homme sûrement, avec tact sans doute, je n'ai pas 13ans...des questions qu'on pose à un père pour voir si j'ai des réponses de père, assuré et attendri...genre quel âge a le bébé, c'est normal ce sont les dents...ou sa mère l'allaite encore? c'est une fille? elle empêche ses frères de dormir ou c'est la maman qui fatigue?!voilà quoi ce qu'on fait naturellement quand on croise un père avec un nourrisson...un vrai père sait quoi répondre...et on ne blesse personne tout en se rassurant...la vigilance collective peut se faire avec tact ...aussi...bonne nuit à toiyen a des choses chez toi quand on fouille un peu...héhé
Répondre
S
Effarant, ce fait divers...La "suspicion" est-elle si désintéressée au départ de l'histoire ?Un des jeunes demande quand même 10 euro "pour laisser sortir du bar" le papa !  Le reste n'est, pour moi, au vu de l'article, qu'un triste engrenage navrant et démesuré. Quelle violence ! En plein Paris !Où est donc passé le bon sens ?Est-ce l'influence des médias, de la télé en particulier ?Je ne suis pas "un gamin de 13 ans qui est dans la rue après 20h". Si j'avais croisé ce papa, je n'aurais rien fait sinon dire un "bonsoir, Monsieur".Le rapt d'enfant est un crime à mes yeux.  Je ne trouve pas du tout "rassurante" cette affaire, Alpho. Bien au contraire.  Interpeller ainsi dans la rue, grand maman/grand papa ou nounou, ami, quiconque aurait un bébé endormi dans les bras  ? Non, pour moi, ce n'est pas de l'altruisme. Et la protection de l'enfance commence au sein de chaque foyer.Gros bisous, Alpho.
Répondre
Q
Je ne sais pas... ce que j'aurais fait.je crois que ce n'est pas facile de deviner.La situation ne s'est pas présénté...Mais je pense que tu as raison... sur ce qui s'est passé.
Répondre